L’affectionnant, je m’attribue la tâche difficile de tenter de relativiser cette réputation de prétentieux dont on affuble le Lion.

Pour commencer, il faut savoir que les signes du zodiaque n’étant qu’une référence symbolique, ce signe aurait très bien porter un autre nom que celui du roi des animaux. La Souris par exemple, car si l’on regarde bien le dessin que forme la constellation du Lion, on peut y voir une souris, et là forcément, au niveau prestige…

constellation du Lion (2)

On peut se demander quel destin aurait eu Napoléon en étant Souris et quel aurait été le physique de Marilyn Monroe avec son ascendant Souris !

Et bien non, nos aïeux l’ont nommé Lion, comme l’animal, le roi des animaux dont il incarnerait certaines vertus et ça façonne un caractère. Ainsi,  le Littré nous dit que le mot lion désigne un homme hardi et courageux.

Mais il a d’autres raisons de se la raconter que d’être identifié à un quadrupède emperruqué :

Sa « planète » astrologique maîtresse est le Soleil. L’astre se trouvant au centre de notre système solaire. Il est donc tout naturel que le Lion se prenne pour le centre du monde !

C’est un signe de feu, le feu qui illumine et réchauffe et sa saison est l’été, celle durant laquelle le soleil se lâche et nous inonde de ses rayons.

On peut aisément comprendre, sachant cela, que le Lion puisse être un peu imbu de lui-même.

Mais en dehors de ces considérations symboliques, comme pour chaque signe, il est nécessaire de le connaître pour mieux comprendre son fonctionnement.

Signe noble, ses valeurs le sont également. C’est un idéaliste. Le Lion, c’est l’homme sublimé. Son instinct est maîtrisé, sociabilisé. Le Lion, c’est l’aristocrate du zodiaque.

Aussi, il va de soi qu’il n’aime pas ce qui est laid et petit. Il plane au dessus du vulgaire… il ne descendra pas, comme le scorpion, dans les tréfonds de la bassesse humaine. On s’en doute, sa fonction est de briller, d’illuminer le monde et non pas de se vautrer dans la fange !

Voilà ce que le Lion offre à l’humanité : créer et incarner le beau et le noble et tenter d’incarner l’idéalité de l’homme. On comprend qu’avec une telle mission, il lui faut être à la hauteur. Il lui est donc nécessaire d’avoir une haute estime de lui même, au point parfois d’en être arrogant.

D’un point de vue plus psychologique, ce besoin de reconnaissance de ce signe solaire, laisse supposer que c’est pour ce même soleil qu’il cherche tant à briller… Ce soleil qui en astrologie représente le père.

Il est généreux, mais il donne de lui comme le soleil dispense sa lumière, sans affect ni engagement, heureux des louanges qu’il peut en récolter.

Le Lion a besoin d’un public qui lui renvoie cette image sublime qu’il a de lui-même, c’est son petit côté narcissique…

On lui reproche son égoïsme. Le Lion, sans être toujours dans cet extrême est effectivement très « moi je »…moi-je suis beau, moi-je suis fort, moi-je brille, moi-je suis le chef !

« Moi je reprendrais bien du dessert… il reste qu’une part? Et bien cela me suffira bien… »

Signe de la créativité, il lui est impératif d’exprimer ce qu’il est. C’est un signe égotique, d’expression et d’affirmation de soi. Confiant en ses talents et capacités, il avance avec spontanéité, certain de sa réussite. Ainsi, chaque Lion porte en lui un idéal qu’il va poursuivre toute sa vie.

Ses exigences de noblesse, de droiture peuvent le conduire à avoir une vue manichéenne de la vie :  le beau VS le laid, les gentils VS les méchants. De même, perdu dans ses hauteurs, il peut être intolérant, porté au jugement… Il a également souvent tendance à se prendre pour un héros libérateur et pourfendeur du côté obscur de la vie afin de faire de ce monde un havre de paix et de bonheur.

Tout comme l’animal, Le Lion est un signe qui a du charisme, il ne passe pas inaperçu et  force souvent l’admiration par ses prouesses et ses capacités. Il a de la prestance, un air fier, noble. Il brille, tout simplement, naturellement… Et l’anonymat est un concept qu’il ne connaît pas.

Le Lion est ambitieux et en tant que roi des hommes, il lui faut un trône. Il est programmé pour régner, pour diriger. Il est parfait dans ce rôle. Il sait tirer des autres le meilleur d’eux-mêmes. Son autorité naturelle semble évidente pour tous et c’est vers lui que l’on se tourne en cas de crise.  Sa maîtrise de soi, sa confiance, la force qui se dégage de lui font que son Leadership n’est pas discuté. C’est là encore une autre de ses fonctions : être un leader.

Le problème, c’est qu’il ne cesse de diriger, même en temps de paix, lorsque l’on n’a pas besoin de lui.  Le natif du Lion ne pourra s’empêcher de vous dire ce que vous devez faire, où vous devez vous installer et ce que vous devez manger, il lui faut régenter !

Mais n’allez pas le lui dire et lui demander de se remettre en question, il risque de mal le prendre et de se fâcher. On touche là à sa susceptibilité princière. N’oublions pas que nous lui devons du respect, voire de la dévotion. Et puis notre avis compte tellement peu !

Le Lion ne perd pas son temps en basses besognes. Il a généralement une cour autour de lui pour cela, une Vierge par exemple, pour le seconder (et qui ne demande que cela) ou quelques autres flatteurs. Lui échafaude les plans, fixe les objectifs, le reste n’est que détails pour subalternes. C’est qu’il est fort pour déléguer !

Au vu de ce qui vient d’être dit, ses qualités sont aisément concevables: il est courageux, loyal, discipliné, honnête, intègre et magnanime.

A contrario, il peut être orgueilleux voire mégalomane, précieux voir vaniteux,  autoritaire, intolérant, arrogant et snob… dans les extrêmes, il peut être cruel et tyrannique.

Le Lion n’a qu’un seul complexe, celui de supériorité !

Son besoin de briller, d’être le premier, le conduit à être dépendant du regard de l’autre dans lequel il recherche la confirmation de sa valeur, devenant prisonnier de l’image ainsi renvoyée à laquelle il a fini par s’identifier. Son drame, c’est de ne plus pouvoir s’identifier à son rôle social. De devenir un comédien sans spectateurs, une idole sans fanclub, un soleil sans planètes… Et là, il devient aigri, reprochant au monde son ingratitude. Il se consume sans plus briller, vivant sur sa gloire passée.

Voilà, vous comprenez mieux maintenant pourquoi le Lion se la raconte autant !

 

Ici : un smiley signifiant la gêne de l’auteur qui se rend compte qu’il n’a pas été tendre avec les Lions mais qu’en même temps il les aime bien vu que c’est le signe opposé au sien et qu’il espère qu’ils le comprendront…

 

C’était une description non exhaustive et générale du signe du Lion. Il y aurait tant à dire sur chaque signe… Elle vaut également pour les ascendants Lion et autres personnes ayant ce signe de valorisé dans leurs thèmes..

  

Publicités